L'évolution des fonctions hospitalières se modifie progressivement selon deux grandes catégories et deux seulement :
  • la généralisation presque systématique du plein-temps, avec ou sans secteur privé intra-hospitalier

  • la poursuite et même le ralentissement du recrutement des médecins hospitaliers à temps partiel.

Ayant été successivement attaché pendant 24 ans sans concours, assistant pendant 14 ans après un concours à l'époque très sélectif puis intégré à 2 ans de la retraite PH à temps partiel, les fonctions que j'ai exercées pendant 38 ans sous des titres différents, étaient rigoureusement les mêmes,... à l'exception de la rémunération ! Je rappelle que les gardes et astreintes que nous prenions sans rechigner étaient totalement gratuites, ce qui en surprend plus d'un, aujourd'hui.
On peut considérer qu'il n'existe en fait aucune différence de nature d'activité entre tous les membres de l'équipe médicale d'un service ou d'un département et que le rapprochement entre les secteurs publics et privés induits par la 3ème Ordonnance JUPPE n° 96-346 du 24 avril 1996 marque une évolution irréversible.
On se rend compte aujourd'hui, en 2001, que pour assurer convenablement la continuité du service public hospitalier 24 heures sur 24 dans toutes les spécialités, il faudra nécessairement corriger les excès de la généralisation du plein-temps et revenir au recrutement de PH à temps partiel ou d'attachés, et augmenter en conséquence les postes budgétaires correspondants.