Le survol historique [1]  des cinquante dernières années explique la place importante, et particulière à la France, occupée par l’hospitalisation privée dite "à but lucratif" ou "commerciale" par rapport aux autres types d’hospitalisation :
  • hospitalisation publique

  • hospitalisation privée sans but lucratif, associée au service public, dite "PSPH"

  • hospitalisation privée sans but lucratif, non associée au service public

  • secteur privé des hospitaliers publics et universitaires exerçant à plein temps

  • hôpitaux militaires accueillant des patients civils assurés sociaux

  • hôpitaux locaux de statuts divers

Les cliniques privées sont progressivement apparues à la fin du XIXème siècle. Leur histoire syndicale remonte au début du XXème siècle selon la chronologie suivante :
  • 30 mai 1907 : création du Syndicat National des maisons de santé privées pour les maladies mentales et nerveuses (Dr François Léon ARNAUD)

  • 22 juillet 1924 : création du Syndicat National des Médecins Directeurs de Maisons de Santé privées ouvert à différentes spécialités (Dr. Hippolyte HERVE)

  • 9 février 1928 : création du Syndicat général des Maisons de Santé de France (Dr. Henry HERSON)

  • 1928 : fusion des 3 premiers syndicats en une Union Intersyndicale des Maisons de Santé de France (Dr. Hippolyte HERVE) à laquelle se joignent quatre syndicats régionaux inter-spécialités : Bordeaux, Lyon, Nice, Toulouse.

  • 1936 : Cette Union intersyndicale devient la Fédération Intersyndicale des Maisons de Santé de France.

  • 1946, la Fédération s'installe rue de la Chaussée d'Antin, PARIS 8ème

  • Janvier 1962 : La Fédération transfère son siège 2, rue Pigalle Paris 9ème

  • Juillet 1966 : La Fédération transfère son siège 71, av. Victor-Hugo Paris 16ème

  • 1964 : Le Président CAVAILHER nomme un délégué Général, M. Daniel HEBERT, avocat.

  • De 1965 à mars 1970 : la FIEHP traverse une période de turbulence qui aboutit à la démission de M. Daniel HEBERT et à la création d'une Union Hospitalière Privée (UHP), dissidente de la FIEHP, présidée par le Dr RENY. Elle s'installe au 148 Bd Malesherbes Paris 17°. Les raisons de cette scission sont, comme souvent, multiples : méthodes de travail, imminence de réformes importantes (préparation de la loi hospitalière déposée par M. Marcel JEANNENEY, puis reprise par M. Robert BOULIN) et enfin comme souvent dans ce contexte conflits personnels. Au départ de M. Daniel HEBERT en janvier 1988, c'est un autre juriste, M. Jean Marie SONET qui a été désigné pour lui succéder. Finalement ce poste a été confié en 1990 à M. Alain COULOMB, ancien Directeur de la CPAM du Val d'Oise

     

  • De 1970 à 2001: coexistence de la FIEHP et de l'UHP. 

En 1970, la FIEHP quitte l'avenue Victor Hugo PARIS 16 et s'installe dans le bel immeuble haussmanien du 81, rue de Monceau PARIS 8ème tandis que l'UHP réside plusieurs années au 148, Bd. Malesherbes Paris 17 ème, avant de se fixer définitivement au 17 bis, Bd. Pasteur Paris 15ème.
Chacune de son coté, tantôt en synergie, tantôt en situation de rivalité, les deux Fédérations, représentatives de l'Hospitalisation privée ont affronté les tutelles et les Caisses pendant les 30 années de réformes successives qui ont profondément modifié le paysage de l'hospitalisation privée dite "commerciale" tandis que l'hospitalisation publique et l'hospitalisation privée dite "sans but lucratif" étaient parallèlement entraînées dans des transformations comparables, tout en bénéficiant constamment de la bienveillance, voire de l'indulgence et même du soutien des mêmes tutelles.
Représentatives toutes les deux, ces deux organisations rivales se livrèrent à une guerre larvée cherchant à se montrer à leurs adhérents respectifs plus efficace ou plus pugnace que son homologue toutes deux poursuivant la même politique, à quelques nuances près.
On peut dire en effet que, derrière leurs morphologies respectives très différentes, leurs parcours professionnels dissemblables [2], leur style et leur expression si opposés, ils ont tant bien que mal, poursuivi la même politique en essayant de surmonter les périls menaçant uniformément l'existence même de toute l'hospitalisation privée d'exercice libéral.

 

  • 24 juillet 2001 : La réunification FIEHP + UHP = FHP

L'hospitalisation privée a franchi une étape importante en se réunifiant après une séparation de trente ans. Cette réunification était réclamée depuis une bonne dizaine d'année par la profession. Elle fut laborieuse tant les rivalités personnelles entre les deux présidents et leurs équipes étaient aigües.
La FIEHP et l'UHP fusionnèrent officiellement le 24 juillet 2001 en une Fédération unique, la Fédération de l'Hospitalisation Privée (F.H.P) dont le sigle très voisin de celui de la F.H.F. représentative de l'Hospitalisation publique de France, prêta au début à confusion.
On ferma le siège de l'UHP du Bd Pasteur et le déménagement des archives rue de Monceau fut long et difficile.

 

1.
Ce rappel historique est largement inspiré du n° hors série 2000 d'Hospitalisation Nouvelle, revue de l'UHP  
2.
Le Dr. Louis SERFATY était un généraliste devenu gynécologue, mais toujours gestionnaire de cliniques privées jusqu'à sa retraite en 2001, confiant sa propre succession à la tête de la FHP au Dr. Max PONSEILLE, radiologue à Montpellier. M. Alain COULOMB qui n'était pas médecin était venu à l'Hospitalisation privée après avoir dirigé la Caisse d'Asssurance-maladie du Val d'Oise. Délégué Général de l'UHP alors présidée par le Dr. TALAZAC (ancien chirurgien temps partiel de l'Hôpital de LAVAUR.Tarn). A. COULOMB fut Délégué Général de la FHP sous la Présidence du Dr Mac PONSEILLE, avant de devenir la Directeur Général de l'ANAES au Ministère de la Santé, et plus tard Président de la Haute Autoritéde Santé (HAS) (NDLR).