Seul, un gouvernement fort pouvait mettre fin à 15 ans de "guérilla conventionnelle" [1] et se permettre d'imposer, sans négociations préalables, par le fameux décret du 12 mai 1960 de nouvelles règles limitant strictement les tarifs d'honoraires "opposables", vocable nouveau signifiant "plafonnés et respectés par les praticiens pour être remboursés aux assurés par les caisses" sauf dérogations pour situation de fortune de l'assuré, notoriété du praticien[2] ou exigence particulière du malade.
Malgré tous les artifices de présentation, la médecine française venait de perdre "l'entente directe", l'un des principaux dogmes de sa Charte professionnelle.
Pendant les dix années qui suivirent, les conventions étaient départementales, conclues entre le syndicat médical le plus représentatif et la caisse primaire. En l'absence de convention, chaque médecin pouvait adhérer "individuellement à une convention type" annexée au décret. De départemental, le système Conventionnel devint National à la suite des fameux entretiens plus ou moins secrets de la Villa Espéranza de Ville d'Avray (1970-1971) entre la CSMF, la CGT-FO et le CNPF, entretiens auxquels la FMF ne fut pas invitée…
Le principe de l'adhésion individuelle qui fut appliqué à partir du 8 Septembre 1960 avait opportunément permis au tout nouveau Syndicat National des responsables de l'Hospitalisation privée conventionnée de regrouper ses membres pour permettre à toutes les catégories professionnelles exerçant en équipe autour d'un plateau technique, de pouvoir continuer à exercer dans des conditions contractuelles exactement adaptées à son objet.
On pouvait donc déjà envisager, non pas un schéma conventionnel "vertical par spécialités", comme le prévoyait le rapport des Sages, mais un "modèle conventionnel par type d'exercice", comme par exemple plateau de haute technicité, médecine ambulatoire, médecine d'urgence, etc.. auquel chaque spécialiste pourrait adhérer individuellement par un contrat personnalisé, tant sont multiples les modalités d'exercice au sein d'une même organisation ou d'un même type d'activité. C'est cette formule que nous proposerons plus tard, en 1974...
 
1.
in Les Cahiers de la Nomenclature, n° 1 janvier 1995, CNAMTS auxquels sont empruntés un certain nombre de références chronologiques et de commentaires. 
2.
La notoriété sera transformée par la suite droit au dépassement permanent (DP) attribué par une commission mixte aux titulaires de certains titres et/ou à leur parcours professionnel